palzileri.com
Now reading . CAMPAGNE PUBLICITAIRE P/E16

CAMPAGNE PUBLICITAIRE P/E16

Sergei Polunin, étoile rebelle de la danse classique, est l’égérie de la campagne Automne-Hiver 2016

Collants et chaussons pour le danseur qui flotte dans les airs dans une atmosphère raréfiée sur les notes de Take Me to Church de Hozier. À sa publication, l’année dernière, le clip de quatre minutes tourné par le célèbre réalisateur David LaChapelle est devenu viral en très peu de temps et, dépassant les 16 millions de vues, il a offert la célébrité mondiale à son protagoniste, Sergueï Polounine.

Ce qui a capté l’attention du public, ce n’est pas seulement le talent extraordinaire de l’artiste. Polunin transmet force et élégance en réalisant avec un naturel extrême les mouvements les plus complexes. Il se distingue par son énergie débordante, mais aussi pour son faible pour les tatouages. Un Joker tatoué sur l’épaule, des égratignures de tigre sur la poitrine et un crucifix stylisé sur l’avant-bras font de Polunin l’antithèse du danseur classique. Dans le clip musical, les tatouages habituellement couverts durant les spectacles sont les protagonistes, symboles de la découverte d’une nouvelle liberté, loin de la rigueur du monde du ballet.

Le clip de LaChapelle a été la première expérimentation créative hors de l’univers de la danse classique de cet ukrainien de vingt-sept ans. Il a été tourné après que Polounine ait brusquement quitté la prestigieuse Royal Ballet School, pas même deux ans après en avoir été nommé premier danseur, le plus jeune dans l’histoire de cette académie. Malgré cette décision, la danse est toujours au centre de sa vie. Cette année, il a lancé et sponsorisé le Projet Polunin, en association avec le Sadler's Wells, un projet dont l’objectif est de mettre en contact jeunes danseurs, musiciens et chorégraphes en vue de réaliser des projets pour le cinéma et le théâtre.

Une opportunité qui lui a permis d’explorer le monde de la musique et de la mode. L’édition britannique de Vogue a voulu le photographier avec sa fiancée Natalia Ossipova, elle aussi superstar de la danse classique. Actuellement, Polunin est le protagoniste du nouveau documentaire du réalisateur Steven Cantor, Dancer, qui raconte les premiers pas de sa carrière, sa lutte contre l’industrie de la danse classique et sa décision controversée de quitter cet univers.

Défini le « James Dean du ballet » par The Telegraph, il a atteint un autre de ses objectifs, il est l’égérie de la campagne Pal Zileri Automne - Hiver 2016. Une union parfaite où la collection et l’esprit de la marque sont absolument en ligne avec la philosophie Avant Craft, la tradition artisanale combinée à une esthétique contemporaine et innovante.

Les photos de cette campagne ont été shootées à New York, dans le quartier de Williamsburg, par Maciek Kobielski. Des vêtements couture aux tissus précieux et aux nuances vives sont associés à des tenues sportives confortables. Le regard insolent de Polunin, ses traits marqués et ses tatouages particuliers dégagent un style rebelle qui incarne à la perfection l’esprit moderne de Pal Zileri. Le directeur créatif, Mauro Ravizza Krieger, ne tarit pas d’éloges pour cet enfant terrible de la danse : « Son inspiration artistique incarne parfaitement notre concept de tradition et d’innovation : la discipline de la danse classique associée à son esprit révolutionnaire ».

Sergei Polunin, le rebelle incorrigible de la danse, entre tradition et avant-garde, est l’égérie de la campagne Automne/Hiver 2016 de Pal Zileri, shootée par Maciek Kobielski.

Next post
CAMPAGNE PUBLICITAIRE A/H16

Inscrivez-vous pour rester à jour

E-MAIL

Inscription a réussi

Demande d'information

Nom et surnom

E-MAIL

PAYS

Message